L’effet Wouaw !

Go north !

Du jour du départ jusqu’à la fin avril, nous avons traversé de jolis coins, mais jusqu’à présent, les nombreuses rencontres que nous avons faites nous avaient beaucoup plus marquées que le côté spectaculaire des paysages. C’est à partir du village de Kolvereid que le cadre est devenu peu à peu plus impressionnant, et que nous avons commencé à nous dire régulièrement : « Wouaw, là quand même, c’est quelque chose ».




Bouche bée !

On nous avait prévenu : la Norvège allait nous mettre sur le cul. On attendait de voir. On a été plus que servis !
Encore quelques images un peu en vrac pour tenter de vous faire partager un peu de notre quotidien du mois de mai dernier.




Toujours plus haut !

Il faut bien avouer que ce n’était pas toujours une partie de plaisir, les dénivelés étant plus ou moins proportionnels à la beauté des paysages…





Nos tronches

Plusieurs personnes nous ont demandé de montrer plus de photos de nous. Ce n’est pas l’exercice dans lequel nous sommes les plus doués… Mais nous allons tenter de faire mieux pour la suite !

DSCF3952_web

  6 Commentaires

  1. marie   •  

    C’est chouette de voir vos tronches et pas que. On voit bien vos culs aussi !
    Vous avez fondu !
    ça fait rêver tous ces paysages. A se demander ce qu’on fout derrière nos ordi toute la journée. ..

  2. Erwan   •  

    Les paysages sont magnifiques, rien à dire de plus.. ca me donne envie d’y aller.

  3. poulif   •  

    Les montées en ligne droite m’auraient laissé échapper : « Mais qu’est ce que je fous là ? »
    Ça vous arrive jamais ?

    • Romain   •  

      En fait, les fois où on a envie de balancer le vélo, c’est principalement quand on a le vent dans la tronche pendant des heures. Quand il y a du dénivelé, le paysage vaut le coup en général. La technique pour les longues pentes sans fin est simple : petit braquet, et on attend que ça passe en regardant le paysage !
      Après tout, on n’est pas pressé.

      Mais tu fais bien de poser la question maintenant, parce que c’est à peu près à cette époque là qu’on a commencé à se mettre un casque sur les oreilles. Ça ne nous était pas venu à l’idée avant. Mais quand tu avances à 6km/h et que tes jambes frôlent la surchauffe, c’est bien aussi de pouvoir penser à autre chose !

  4. Seb G.   •  

    De bien belles images (le contraire m’aurait surpris en même temps).

    Je suis curieux de connaitre le plus fort pourcentage et l’altitude la plus haute rencontrés sur votre trajet (à priori ça devait être en Norvège pour les deux).

    • Romain   •  

      Hello !

      Ah, je vois qui tu t’intéresses de près à la santé de nos gambettes !
      L’altitude la plus élevée, on l’a atteinte dans le minibus d’Herma, donc ça ne compte pas.

      Pour le reste… attends un peu, ça vient !
      Mais continue de nous donner des idées, ça alimentera les prochains articles 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.