Wakhan or nor Wakhan ?

190ème

Mine de rien, nous approchons des deux cents articles publiés, soit un article tous les trois jours et demi en moyenne depuis le début du voyage. Pas plus tard qu’il n’y a pas longtemps, on se demandait quelle impression ça pouvait donner de lire tout ça confortablement installé sur votre canapé. Ou pour certains depuis le taf, juste après être passé à la machine à café et juste avant de commencer à bosser.

Sans le vouloir, on a peut-être tendance à éviter de décrire les moments les plus compliqués. Il ne faudrait pas que vous ayez l’impression que nous pédalons dans le monde de oui-oui où tout il est beau et tout le monde il est gentil. Pour faire bonne mesure, c’est le moment de vous raconter notre traversée de la vallée du Wakhan.

 

 

L’heure du choix

Nous avons longuement hésité avant d’emprunter cette voie bordant la frontière afghane, qui a la réputation d’être particulièrement compliquée. L’autre option, c’est de poursuivre sur la M41. Plus court, plus facile et sûrement très joli aussi… Mais voilà, tous les cyclo-touristes que nous avons croisé sur la route nous ont assurés que malgré la réelle difficulté, ça valait complètement le détour. Pour appuyer leur discours, ils n’y allaient pas avec le dos de la cuillère, en nous décrivant l’expérience à grand renfort de superlatifs tels que « magique », « grandiose », « époustouflant », « magistral », « extraordinaire »… et j’en passe.

Ça ne nous a pas empêché de continuer à hésiter jusqu’au tout dernier moment.

 

 

Matthias, notre nouveau compagnon de route, n’avait pas de doute sur la question. Les routes défoncées, il aime ça. Il faut bien dire que la petite expérience de hors piste que nous avons fait en sa compagnie les jours précédents n’avait pas été si terrible, après tout. La « Wakhan Valley » ne pouvait pas être largement pire. Et puis, tout bien considéré, le trajet reliant le col de Khargush à Khorog ne fait qu’un peu plus de 300 kilomètres, en commençant par une longue descente qui nous fait passer de 4300m à moins de 2800m. On a finit par se dire que ce serait dommage de ne pas faire le détour, même si c’est « un peu dur ».

 

 

Ras le cul

D’Alichur au check-point de Khargush, c’est plutôt tranquille. Alors que les militaires un peu zélés entreprenaient une fouille complète de la moindre sacoche, on en était presque à se dire que finalement, c’était loin d’être si terrible. La bonne blague. C’est juste après que la fête a commencé. La portion qui sépare Khargush de Khorog est sans conteste le chemin le plus pourri sur lequel nous ayons jamais roulé. Entre les portions rocailleuses qui nous secouent comme des pruniers et les zones ensablées où il faut descendre de selle pour pousser, il faut rester en permanence les yeux rivés sur la piste pour éviter un trou ou une pierre. De quoi faire passer les routes secondaires russes pour des autoroutes flambant neuves. Sans compter que même si globalement ça descend, en réalité c’est une succession incessante de montées et descentes.

 

 

Une cinquantaine de kilomètres seulement après le check-point, avant même d’arriver dans la vallée en tant que telle, nous en avions déjà ras le cul. Cyclistes, vélos, sacoches… tout prend super cher sur cette « route ». Il nous restait pourtant encore les trois-quarts à parcourir avant d’arriver à Khorog, et comme vous allez le découvrir dans le prochain article, nous étions encore loin d’être au bout de nos peines…

  5 Commentaires

  1. Clavreul   •  

    Bonjour
    Félicitations pour votre parcours. Beaucoup parlent de partir, de tout quitter pour vivre autres choses, peu le font .
    Vos articles sont super et vos photos sont magnifiques. J espère que vous sortirez un livre .
    Nous avons voyagé dans des pays qui nous étaient inconnus grâce à vous.

    Merci

  2. Guillaume & gaelle   •  

    Bien immaginé. J ai lu l’article entre le bus et le café du matin 🙂 En tout cas, ca a l’air bien calme comme coin.
    Bon courage pour la fin du voyage !

  3. Marlène et Vincent   •  

    Bonjour les Karoutcho !

    Cela fait plusieurs mois que je vous suis maintenant, votre blog est tout simplement excellent: les articles, les conseils, etc.

    Mais ce qui l’est encore plus, c’est votre philosophie du voyage, ainsi que l’humour et le regard que vous portez sur votre aventure, j’adore !!!

    Avec mon copain, nous nous mettons en route bientôt nous aussi: départ prévu le 21 mars, pour un tour d’Europe et d’Asie à vélo de 18-20 mois, soit un projet assez similaire au vôtre, avec quelques différences tout de même, notamment sur le choix de certains pays et régions, et sur la durée, de quelques mois plus courte.

    Mais globalement, vos récits m’ont absolument parlé, puisque pour nous aussi ce sera une grande première ! enfin nous avons tout de même réalisé un premier « crash test » pendant 3 semaines au Sri Lanka l’hiver dernier, cette expérience ayant vraiment été décisive dans notre envie de partir beaucoup plus longtemps à vélo, mais ce fut la seule et unique fois, puisqu’habituellement nous voyageons plutôt en mode backpacker.

    En fait je voulais surtout vous dire que j’adore votre démarche, et que chaque ligne lue de votre aventure me donne davantage hâte de démarrer la nôtre !!!

    Et puis n’empêche, il n’y a pas à chier, mais la blogosphère est quand même une source d’information, de précieux conseils et d’inspiration extraordinaire !!! Eh oui, j’ai envie de dire que votre blog m’inspire beaucoup, voilà 🙂 alors il n’est pas impossible que nous ayons envie de copier sur quelques-unes de vos idées 😉

    Par exemple, c’est grâce à vous que nous avons jeté notre dévolu sur Chapka, parce qu’il faut bien avouer que dans la jungle des assurances, on a du mal à s’y retrouver !

    Enfin dernière chose, si d’ici le 21 mars, vous avez besoin d’un hébergement dans le coin de Limoges, nous vous accueillons à bras ouverts !!! La campagne limousine est très belle, et vous vous sentirez bien à l’aise dans notre cabane, où nous avons élu domicile les quelques mois avant notre départ.

    On aurait peut-être quelques petites questions à vous poser sur des petits conseils en terme d’organisation et de matériel, mais on ne vous embête pas avec ça aujourd’hui !

    Voici notre blog, si ça vous branche d’y jeter un œil (bon vous avez certainement un milliard de trucs vachement plus intéressants à faire j’imagine !)
    https://cycling-trip-in-eurasia.travelmap.net

    Et notre page facebook:
    https://m.facebook.com/cyclingtripineurasia/

    Et notre page Instagram (bon pour l’instant je n’y comprends pas grand chose, mais on m’a dit que c’était sympa):
    https://www.instagram.com/cycling_trip_in_eurasia/

    Bonne route à vous,

    Amitiés,

    Marlène et Vincent

  4. sophie clamens   •  

    En même temps, qui aurait envie de s’aventurer dans de tels paysages si accueillants……….
    Vous êtes totalement dingues!
    mais je vous aime quand même.
    love mum

  5. Gaelle, Jérôme & Cie   •  

    Quelle suspens !
    La suite, la suite ! On se croirait revenu aux messages sur le genoux d’Emilie.
    Bon, c’est pas tout ça mais la pause au boulot est fini, faut que j’y retourne !
    Jérôme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *