Les sacoches

Le choix : sacoches ou remorque ?

Un des tous premiers choix que nous avons eu à faire, c’est de décider si nous partions avec des sacoches, ou deux remorques, ou un mix des deux. Il n’y a pas de mauvais choix, simplement des avantages et inconvénients pour les deux.

Ce que nous avons retenus de nos recherches :

Le principal avantage de la remorque : c’est l’aérodynamisme. Par vent de face, ce n’est pas rien. Un autre point positif, c’est que ça permet de limiter le poids sur les vélos, et donc de limiter les contraintes sur le matériel (les pneus, jantes, rayons, et portes-bagages sont contents).

Mais nous avons rapidement penché pour les sacoches, pour une raison simple : lorsqu’il s’agit de prendre les transports, il suffit de fourrer toutes les sacoches dans deux grands sacs (type Ikea), alors qu’une remorque peut compter comme un vélo supplémentaire. Ça ajoute des frais, mais surtout ça prend de la place ! Déjà que pour deux simples vélos, les négociations sont parfois compliquées…

Il paraît que les « provodniks » russes peuvent être particulièrement pénibles…

Quelques autres détails qui ont pesé dans la balance en faveur des sacoches :

  • La maniabilité : zig-zaguer en ville, et faire demi-tour avec une remorque quand on se trompe de chemin, n’est pas simple. Et on est assez pointus dans l’art de ne pas choisir la bonne route. Et on ne dirait pas comme ça, mais après quelques jours, notre vélo chargé est presque aussi simple à piloter qu’un vélo normal.
  • L’organisation : chaque sacoche à son usage, comparé à un gros sac fourre-tout.
  • Le risque de vol : Un voleur pourra partir avec une sacoche, peut-être deux, mais rarement avec une dizaine de sacoches (ou alors, il faut qu’il nous montre comment il fait !). D’autant qu’il est plutôt facile de mettre les sacoches à l’abri sous la tente. Alors que si on se fait voler la remorque avec tout ce qu’il y a dedans…

Quelle marque ?

C’est simple, en France, il y a deux marques avec lesquelles on peut partir les yeux fermés : Ortlieb et Vaude. Ce sont deux marques allemandes. Et côté vélo, nos voisins savent faire de la qualité. Clairement, ça coûte bonbon. Mais c’est solide, c’est étanche, c’est simple à régler et c’est facile à utiliser… J’avais déjà une paire de sacoches Ortlieb, c’est de la super qualité : on part avec la panoplie complète.

DSCF0837_webEt voilà, tout ce que vous voyez entassé là, c’est l’intégralité de nos bagages, contenant tout ce qui pourra nous servir pour boucler les 45 000km du périple, avec tout ce qu’il faut pour , bichonner les montures et les cyclistes, s’habiller, camper, préparer à manger, bouquiner, écrire et illustrer quelques articles, etc.

Je vous vois venir avec vos gros sabots : vous voulez savoir combien tout ça peut bien peser ?
Ça vient, ça vient… 🙂

DSCF1573_web

  3 Commentaires

  1. shumshumi   •  

    ahahah provodniks:)

    beaux vélos!

  2. Sophie   •  

    On dirait Noel tous vos sacs comme cela!
    Sinon, le carrelage est drôlement beau…
    Bon alors qui a gagné?????
    Love you

  3. Seb G.   •  

    Je ne les remarque que maintenant, mais c’est drôlement ingénieux ces petites béquilles pour roue-avant. 🙂
    Étonnant qu’on en voit pas plus souvent sur des vélos de série.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *