Le Lac Baïkal

Une mer d’eau douce

Le lac Baïkal. Qu’a-t-il de si spécial pour que tous ceux qui voyagent sur la ligne du transsibérien veuillent y faire une escale ?

Avec ses 31 500 km², il est plus étendu que la Belgique ! C’est le lac le plus ancien, mais aussi le plus profond du monde avec ses 1 700 m. Il contient la bagatelle de 23 millions de mètres-cube d’eau, soit 20% des réserves d’eaux douces non gelées de la planète. Pas facile d’imaginer ce que ça représente. Une piscine olympique, c’est à peu près 3000m3. On pourrait y déverser l’équivalent de 7500 piscines olympiques, si mes calculs sont à peu prêt corrects. Ça ne vous parle pas non plus ?

Les eaux du Baïkal, c’est l’équivalent d’une couche d’eau de 20 cm qui serait uniformément répartie sur toute la surface des continents. Ça permettrait d’abreuver l’humanité en eau potable pendant près de 4 000 ans.

Alors, classe ou pas classe ?

 


 

Tourisme de masse et écologie

La perle du Baïkal, c’est l’île d’Olkhon. The « place to be », selon les brochures. C’est situé à 300km au nord-est d’Irkoutsk, soit exactement à l’opposé de là où nous allions. Le voyage à vélo présente parfois quelques contraintes, l’une d’entre-elles étant de ne pas pouvoir se permettre facilement un détour de 600km… Pour nous consoler, nous avons appris par la suite que l’île est devenu un haut lieu du tourisme de masse, apportant son lot d’infrastructures et de pollution, ce qui détruit petit à petit l’écosystème du lac. Au lieu de participer au massacre, nous avons passé cinq jours à longer la côte sud.

 


 

Le lac en lui-même, en tout cas sur cette partie sud, n’a rien de vraiment « spectaculaire ». Après 5 mois de voyage, nous avions presque l’impression de passer quelques jours au bord de la mer, le sel en moins. Déjà blasée, la team Karoutcho ? Oui et non, car rien que le fait de camper là, sur les rives de « THE BAIKAL », de l’eau à perte de vue, les bateaux de pêcheurs, le bruit des vagues… Ça a un petit côté irréel. Chaque soir, c’était un festival de couleurs au moment du coucher de soleil. Nous avons même eu le droit à un magnifique orage avec de jolis éclairs et une belle pluie battante qui a permis de tester l’étanchéité de notre équipement ! (test concluant !)

 

 

Réserve d’eau potable

Parlons du côté « potable » de l’eau du lac. Les bouteilles d’eau estampillées « Baïkal » contiendraient une eau parfaitement pure directement puisée dans le lac, sans opération de filtrage. Elle est réputée très bonne pour la santé, selon les publicités que nous avons pu voir… Il faut dire qu’elle est pompée dans le « noyau » du lac, à des centaines de mètres de profondeur, là où elle est la plus pure. Qu’en est-il de l’eau de surface ? De pauvres voyageurs assoiffés peuvent-ils se permettre de remplir leurs gourdes directement à la source ?

 
voda-baikal
 

Premier indice, la région avoisinante est fortement industrialisée : aluminium, chimie, fabrication de cellulose… Deuxième indice, la rivière Selenga, principale source d’approvisionnement du lac, charrie toute la pollution (cimenterie, cartonnerie, construction aéronautique) en provenance de la ville d’Oulan Oude, située à seulement 150km en amont. Même si Russie rime avec écologie, dans le doute, nous avons pris la précaution de passer par l’étape « filtrage » avant d’en remplir nos bouteilles.

Nous avons bien fait ! Si on se fie à cet article paru en novembre dernier dans le Siberian Times, qui indique que dans la région sud du lac, même les animaux ne devraient pas boire cette eau.

D’autres sources mentionnent qu’après avoir été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996, le lac Baïkal pourrait bientôt s’ajouter à la liste du patrimoine mondial en péril…

 


 

  2 Commentaires

  1. Catherine   •  

    Magnifique ces ciels ! Merci !

  2. Monika Duda   •  

    Chers Emilie et Romain,

    Une fois de plus j’ai lu vos articles-cette fois sur le lac Baikal et vosaventures avec les trains russes. J’admire votre patience et courage!
    Je suis votre route sur la carte et je vous souhaite toujours bonne route!

    Amicalement

    Monika Duda, Haseluenne, Allemagne du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.