La route M41

La mythique « M41 »

La route M41 en Asie Centrale, c’est un peu l’équivalent de la route 66 aux États-Unis. Ses points de départ et d’arrivée « historiques » font débats. Mais sur les cartes routières contemporaines, elle relie quasiment le Kazakhstan à l’Afghanistan, en partant de Kara-Balta (Kirghizstan) à Termez (Ouzbékistan) sur plus de deux mille kilomètres, en passant par le Tadjikistan.

 

Pourquoi fait-elle saliver beaucoup de voyageurs en mal d’aventure ? Voici quelques raisons possibles :
– Elle est parmi les routes les plus hautes du monde, avec un passage à 4655m au col d’Ak-Baital.
– Elle traverse la région du Pamir, aussi connu sous le sobriquet de « toit du monde ».
– Elle inclut une portion de la « route de la soie », cette ancienne voie commerciale reliant l’Europe à la Chine.
– Elle longe la frontière afghane sur plusieurs centaines de kilomètres, de quoi avoir un aperçu de ce magnifique pays qu’il n’est pas possible de visiter.

A l’époque soviétique, une grande partie de l’actuelle M41 avait été goudronné. Mais c’est de l’histoire ancienne et la chaussée n’est pas d’une qualité égale sur l’intégralité du parcours, loin s’en faut. La bonne surprise, c’est que ça roule très bien sur toute la partie kirghiz, ce qui représente déjà environ 900km de bonne route !

 

Voie express

En choisissant de rouler sur l’axe principal qui relie Bishkek à Osh, nous voulions aller au plus direct en évitant en prime de passer par des routes trop défoncées. L’objectif était de gagner du temps pour éviter d’aborder les hauteurs du Tadjikistan sous des températures polaires. En contre-partie, nous pensions devoir supporter un flot continu de voitures et de camions. Nous avions aussi un peu peur de passer complètement à côté du Kirghizstan, en ratant des lieux réputés comme le lac Song Kul ou l’ancien caravansérail de Tash-Rabat. Nous avons été rapidement rassurés : oui, cette fameuse route M41 côté kirghize est dans un parfait état, mais ça ne nous a pas empêcher de traverser toute une panoplie de paysages grandioses. Et côté circulation… nous avons croisé largement plus d’animaux à quatre pattes que de véhicules à quatre roues !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *