La trilogie oudmourte

Nous n’en avions jamais entendu parlé. Nous avons même été à deux doigts de ne jamais y mettre les roues. Cette petite semaine à travers la petite république d’Oudmourtie deviendra pourtant l’un de nos meilleurs souvenirs de Russie !

Une grande partie de notre voyage tourne autour de la rencontre avec des gens et la dégustation des spécialités locales. Ces trois étapes oudmourtes étaient piles dans le thème !

 

Épisode n°1 : la famille de Tanya & Arkany à Mossevo

La nuit approchait, il était temps de chercher un endroit où planter la tente. Pour la première fois en Russie, nous avons tenté de toquer à la porte d’une maison qui semblait accueillante. Un homme d’une soixantaine d’année à ouvert la porte, le regard suspicieux. A l’évidence, il n’attendait personne à cette heure tardive, et certainement pas deux loustics ne parlant pas sa langue. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

Nous lui expliquons en deux mots que « vélo » et que « tente » en lui désignant son jardin et ajoutant quelques sourires. Il semble comprendre et nous fait signe d’attendre. Il revient quelques secondes plus tard avec sa femme. Ils échangent quelques mots.

C’est d’accord !

Le temps de monter la tente, ils revenus nous voir pour nous faire comprendre que dans leur salon, ce serait beaucoup plus confortable. Et que le ventre plein, ce serait beaucoup mieux. Il s’agissait d’un couple de grand-parents, mais ils n’étaient pas seuls : une de leurs filles et une bonne partie de leurs petits-enfants étaient de la fête. La babouchka nous a préparé un dîner sur le pouce, et après une bonne douche, tout le monde au lit. Une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner mémorable plus tard, nous sommes repartis les sacoches plus lourdes qu’en arrivant, avec un pot de soupe de fraise et des crêpes pour la route ! On nous demande souvent comment on fait pour communiquer lorsqu’on rencontre des gens qui ne parlent pas un mot d’anglais (et encore moins de français). Cette petite étape est l’exemple parfait : on se débrouille dans la bonne humeur !!

 

 

Épisode n°2 : la famille d’Ivan à Oktyabrskiy

Parmi les rares « Couch Surfers » du coin, Ivan est l’un des deux seuls à avoir répondu à l’appel. Trois générations vivent sous le même toit : la baboushka, les parents, et les enfants. Nous avons eu le droit à une session de « banya russe », à une visite surprise à sa tante qui ne croyait pas une seconde que des français débarquaient réellement dans sa maison… Une belle étape un poil cliché, avec les hommes au barbecue et les femmes à la cuisine… Encore une fois, nous ne sommes pas repartis les mains vides !

 

 

Épisode n°3 : La famille de Nina à Igra

Cette trilogie se termine en apothéose à Igra. Nous ne devions rester qu’une seule nuit, nous y sommes restés 3 jours. Quoi dire, à part que nous avons été accueillis comme des membres de la famille ! Nous avons pu discuter de tout. L’excellent petit vin géorgien que nous servait le papa aidant, nous abordions même parfois des sujets un peu plus sensibles (politique, homosexualité, immigration, Ukraine, Crimée…). Pas la peine de préciser que nous n’étions pas toujours du même avis sur tous les sujets, mais c’était intéressant de pouvoir en discuter librement et de connaître leur point de vue. Un vrai moment convivial, qui nous donnent envie de retourner en Oudmourtie !
 


 

La french touch !

Lorsque nous restons plusieurs jours chez nos hôtes, il nous arrive de préparer un petit dessert typiquement français, qui nécessite très peu d’ingrédients (des œufs et du chocolat en tablette) et qui fait fureur à tous les coups : la mousse au chocolat.

C’est compliqué de faire plus simple, mais pour obtenir un résultat concluant, ça dépend finalement en grande partie de la qualité du chocolat utilisé. En Russie, pour être franc, trouver du chocolat correct est quasiment mission impossible. Mais quoi qu’il en soit, même lorsque nous n’étions pas vraiment satisfaits du résultat, nos hôtes ont toujours eu l’air de bien apprécier cette petite touche française de fin de repas !

 

  9 Commentaires

  1. Flavie   •  

    Coucou les loustics, merci de nous faire partager tout cela, c’est beau! Noëlia demande souvent où vous en êtes de votre périple, alors toute la famille vous suit de près. On pense fort à vous en espérant que tout rentre paisiblement dans l’ordre pour ton dos Emilie. De très grosses bises d’encouragement, de soutien et d’amitié <3
    Flavie and Co!

  2. Catherine   •  

    Jolies photos, salivation assurée ! Merci, ce blog rivalise sans aucun doute avec les guides gastronomiques, en plus amusant !
    Merci aussi de la belle carte du Laos, ça fait très plaisir !
    La maison Bouderlique

  3. Romain   •  

    C’est effectivement une sorte de lasagne qui trempe dans un bouillon, avec quelqies minuscules morceaux de viande. Ca ne paie pas de mine, mais tout est dans le bouillon ! C’était super bon, comme à peu près tout ce que nous avons mangé à Igra !!!

    • Sophie   •  

      Et voilà tout est dans le bouillon comme notre bouillon de poule avec les boulettes de matzot………
      Donc là en fait nous préparons ces sortes de lasagne avec des quetches et du pain d’épice…….
      Bref c’est bon!

  4. Gaelle, Jérôme & Cie   •  

    Hello !
    Si je me plante pas, les petits pâtés fourrés et le pelmenis sont la même chose… non ? Mais donc, c’est quoi en fait ?
    Bises, je veux bien goûter aussi tout ça !
    Bises
    Jérôme

    • Romain   •  

      C’est presque ça !
      Les pelmenis, ce sont des petits raviolis fourrés avec de la viande. Les varienikis, c’est aussi du ravioli mais en forme de demi-lune et fourré aux légumes.

      Ces « petits pâtés » fourrés à la viande sont largement plus gros qu’un pelmeni et ça n’a pas le même goût. Il doit y avoir un autre nom.

  5. François   •  

    Hello !
    Bien reçue carte postale du Laos ce jour. Merci à vous. A bientôt, Estelle et François (Tic & Tac & Ulysse)

  6. Marie   •  

    ça a l’air bon tout ça, notez bien les recettes, vous nous ferez un festival de dégustation à votre retour ?

  7. Sophie   •  

    Heu peut on avoir des explications sur la spécialité Kazakh?
    Cela ressemble à des morceaux de pate cuite dans l’eau……?
    Bref on dirait une recette de ton arrière grand mère tchèque Emilie…
    Voilà, belles ambiances en tous cas. Merci de nous faire partager tout cela!
    love mum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.