La grande fumisterie du visa chinois

Encore de la paperasse…

Le visa russe nous semblait compliqué à obtenir ? La version chinoise boxe dans la même catégorie. Cet épisode nous aura définitivement convaincu qu’internet est un parfait outil pour brouiller les pistes. Pour un même visa, les tarifs, les procédures et les documents requis peuvent changer du tout au tout selon le lieu où nous faisons la demande, et le seul moyen d’avoir les bonnes informations est de leur téléphoner ou de se déplacer sur place.

A Séoul (Corée), toute demande de visa chinois doit passer par le « Chinese Visa Application Center ». Nous y sommes allé le vendredi 13 novembre avant la fermeture, pour obtenir toutes les informations et prendre le temps du week-end pour tout préparer. Une rumeur court comme quoi il faut être résident en Corée depuis plus de 6 mois pour avoir le droit de faire une demande. Faux ! En vérité, il suffit de prouver que nous sommes entré légalement en Corée. Le tampon sur le passeport fait l’affaire. Une autre rumeur dit que pour les français, c’est plus compliqué que pour les autres. Effectivement, seuls les français doivent apposer leurs empreintes digitales sur le formulaire. La raison de ce traitement spécial nous dépasse, mais c’est tout, sinon la paperasse reste la même que pour les autres.

Mais alors, que doit-on faire pour fouler le sol chinois ?

 

Les classiques

Un passeport valide plus de 6 mois, une photo récente, un formulaire de quatre pages à remplir.
Jusqu’ici tout va bien.
 

L’itinéraire précis

Il faut fournir un itinéraire précis, indiquant jour par jour nos étapes. Forcément, ça doit rester cohérent avec les informations fournies dans le formulaire. Nous avons donc inventé un itinéraire bidon de 18 jours, au poil de cul.

 

Les réservations d’hôtel

Pour chaque étape, nous devons prouver que nous aurons quelque part où dormir… Les grands tarés. Le voyage à l’impro, ça n’existe pas pour l’administration chinoise. Nous avons utilisé le site « booking.com » pour réserver une piaule dans chaque ville de l’itinéraire, en faisant bien gaffe de respecter les dates. Ce site internet est bien pratique, puisqu’il est possible de filtrer sur les établissements qui permettent de payer sur place et d’annuler jusqu’à la veille du séjour. L’idée est donc la suivante :

– Nous réservons les 18 nuitées
– Nous imprimons les confirmations de réservation que nous ajoutons au dossier
– Nous indiquons le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de chaque établissement
– Une fois les passeports récupérés, nous annulerons toutes les réservations.
 
Autant dire que nous n’avons jamais fait autant de réservations d’hôtels en si peu de temps !
 

Les preuves d’entrée et de sortie du territoire

Là, ça se complique. Nous avons dû réserver les deux places dans le ferry qui nous mènera vers la Chine avant de savoir si le visa était accepté. Tant pis pour nous si au final il est refusé. Mais le plus tendu, c’est la preuve de sortie. Pour que le dossier soit complet, nous devions ajouter le billet d’avion ou de bateau qui prouve que nous allions bien quitter la Chine conformément à l’itinéraire. Il nous est difficile de réserver quoi que ce soit, puisque nous comptons bien quitter le pays en pédalant… Mais ils ont tout prévu ! Dans ce cas, la preuve de sortie, c’est le visa du pays suivant. Évidemment, nous n’avons pas le visa vietnamien en poche !

Heureusement, depuis le 1er juillet 2015, pour un séjour de moins de 15 jours, les français n’ont plus besoin de visa pour entrer au Vietnam. Nous avons ajouté ça dans les informations complémentaires du formulaire.

 

Le dépôt du dossier

Nous avons passé notre dimanche après-midi à peaufiner un joli itinéraire bidon, avec les jolies réservations d’hôtels qui vont bien. Une perte de temps incroyable, mais lundi matin, nous arrivions tout fiers avec notre dossier, que nous pensions complet. Nous avons été vite calmés quand ils nous ont annoncé qu’il manquait le principal. Pour l’itinéraire, ils ne veulent pas de dates ou de noms de villes, mais les lieux touristiques que nous allions visiter.

 
Les cons.
 

Nous avons réfréné une forte envie de crier quelque chose comme :

« MAIS VOUS SAVEZ BIEN QUE C’EST DU FLAN, ON NE VA MÊME PAS Y METTRE LES PIEDS, DANS CES FOUTUS BOURGADES !! »

Au lieu de ça, nous sommes allés nous assoir au calme. Heureusement, sur place, il y avait le wifi gratuit ! Nous avons repris notre copie en bougonnant un peu. Pour chaque ville étape, nous avons indiqué un ou deux pièges à touriste que nous avons trouvé sur tripadvisor. Encore une bonne heure de perdue, mais nous y étions presque !

Il ne restait plus qu’un seul petit détail à régler : il leur fallait un numéro de téléphone coréen où nous joindre, au cas où il manquerait un élément au dossier. Ou au cas où l’ambassade avait soudain une envie pressante de nous poser quelques questions à propos de notre itinéraire. Puisqu’il n’était apparemment pas possible de faire sans, nous avons fourni le numéro de notre hôte à Séoul, en prenant soin de préciser qu’il travaille dans la journée, il ne pourra pas nous passer l’appel.

C’est passé, il ne restait plus qu’à croiser les doigts.

 

Verdict !

Nous n’allons pas faire durer le suspens inutilement, nous n’avons pas reçu de coup de fil suspicieux de l’ambassade et nous avons récupéré nos passeports avec une page colorée supplémentaire. Nous ne saurons jamais si c’est parce que nous avons bétonné le dossier ou si ça serait passé de toute façon. Pour les deux visas, ça nous aura coûté 110 000 Won, soit 88€.

 

Nous avons maintenant 3 mois pour entrer sur le territoire chinois. Et une fois sur place, nous aurons 30 jours pour en sortir. Pas un de plus.

 

Mais nous savons maintenant qu’il y a un magnifique temple bouddhiste à Wuxi, et un musée de la cuisine chinoise à Huai’an. Deux bourgades où nous ne mettrons probablement jamais les pieds.

 
Les cons.

  3 Commentaires

  1. Marie   •  

    Je sais, mais pas vous que la France avec ses défauts est un sacré beau pays. Liberté égalité fraternité. Cocorico

  2. Jin He   •  

    I am very glad to see you in Hankou railway station in Wuhan, I really admire your courage to have this world tour by bicycle, hope you have an interesting and safe trip in China ! : )

  3. Seb G.   •  

    Un sacré sens de l’humour ces autorités chinoises ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *