La faute à Spoke

En bas de la côte

Ce que j’avais mis 10mn à monter, j’ai mis moins de 2mn à le redescendre, pas très rassuré par ce que j’allais découvrir. C’est pas croyable le nombre de truc qui peuvent défiler dans la tête dans ces moments-là. Mais j’ai finalement aperçu Emilie, tout en bas, affairée sur le côté de la route, et l’air d’aller bien : gros soulagement. En me rapprochant, j’ai fini par voir que son vélo était retourné, les roues en l’air, signe qu’un atelier bricolage était en cours.

Au moment d’amorcer la montée, un des rayons de sa roue arrière s’est cassé net au niveau de la jante. Heureusement, nous en avons quelques-uns en stock. Nous ne pensions pas en avoir besoin si tôt, et encore moins que ça arriverait sur une route parfaitement lisse…

Par la suite, nous avons appris que rouler avec un rayon en moins sur une petite distance ne présente pas vraiment de risque. La meilleure méthode consiste donc à attacher ou scotcher le rayon cassé à un voisin pour qu’il ne se ballade pas partout, poursuivre tranquillement sa route jusqu’à la fin de l’étape, et prendre le temps de réparer au calme. Mais à ce moment-là, nous ne savions pas tout ça. Emilie avait déjà commencé à démonter sa roue quand je suis arrivé. Je suis d’abord allé « sécuriser le périmètre » autant que possible. Nous étions quand même sur le bord d’une route nationale, et nous n’avions pas de triangle de signalisation sous le coude… Ensuite, j’ai tenté de la guider un petit peu sur la base de ce que j’avais pu lire sur le sujet avant de partir. Ça restait de la théorie : il fallait maintenant mettre en pratique !

Deux personnes pour bricoler sur un seul vélo, c’est trop. Nous avons comme « règle » de s’occuper chacun de son propre vélo. Ça permet d’être tous les deux capables de réparer en cas de besoin. L’un comme l’autre, nous n’y connaissions rien en mécanique vélo avant le départ, et nous avons tous les deux envie d’en savoir plus. Quoi de mieux que d’apprendre sur le terrain ? Pendant qu’elle avait les mains dans le cambouis, j’en ai profité pour prendre quelques photos souvenirs.

 


 

Nous n’avions jamais changé le rayon d’une roue avant ça. Pour rendre les choses encore plus palpitantes, ça se passait sur la roue arrière… Emilie a bien tenté de retirer le rayon cassé en le tordant dans tous les sens… pas moyen : il fallait d’abord retirer la cassette. L’occasion de vérifier notre petit « démonte-cassette » de poche fonctionne sur le terrain !

 


 

Nous nous faisions toute une histoire au sujet de la tension du rayon, pensant que ça allait être compliqué de ne pas se retrouver avec une roue voilée. Emilie y est allé au feeling, et incroyable : du premier coup il y avait moins d’un millimètre de voile. Le talent, ça s’appelle.

Et voilà comment nous avons changé notre premier rayon !! Pour des complets néophytes, on s’en est pas mal sortis. Une heure et demi plus tard, nous reprenions la route.

 


 

* Note pour les non-anglophones ou ceux qui n’auraient pas compris le titre de l’article. « Rayon » se dit « Spoke » en anglais. Blague. Ah ah.
** Note pour ceux qui n’étaient pas nés dans les années 80 : « Spoke », c’est le pote du capitaine Kirk dans Star Trek. re-Blague, re-Ah ah.

  8 Commentaires

  1. François   •  

    Aujourd’hui, déjà 400 jours qu’on vous suit !
    Bonne poursuite pour les 100 ? 200 ? 300 ? 400 ? jours vous menant à Nantes !
    Biz
    François

  2. Louisette et Charles   •  

    Salut les copains,
    Est-ce la fin d’un monde le 201 mars !
    Seulement pour l’Asie ou valable dans le monde entier ?
    Suis-je bête, mais c’est bien sur une manipulation de Spoke.
    Bonne route

    • Romain   •  

      Une petite faute de frappe et voilà que le monde bascule… 🙂

      On ne prend pas vraiment le temps de se relire pour corriger les fautes de frappes / orthographes / grammaire… Sur les premiers articles, nous avions une équipe de choc de trois relectrices, qui nous remontait toutes les fautes pour que nous les corrigions…

      Soit nous n’en faisons plus aucune, soit elles ont été découragées par l’ampleur de la tâche… 😉

  3. Seb G.   •  

    Je suis pas un expert en vélo, mais à priori c’est plutôt bien d’avoir rebouché le fond de jante.
    Ça évite de créer une hernie en ayant la chambre à air venant s’appuyer sur les bords du trou.

    Bien joué en tout cas. Du travail de pro !

    Et j’ai encore failli oublier … MERCI pour la carte postale !

    • Romain   •  

      Je ne sais pas si c’est fait dans les « règles », mais presque 9000km plus tard, toujours rien à signaler sur cette roue !

  4. Jérôme, Gaelle & Co   •  

    Bravo les amis !
    Je ne mets pas un commentaire à chaque message, mais là, c’était inévitable. Quel talent ! Spleeennnnddiiiddde ! (Mask, pour ceux qui se souviennent de l’homme vert grimaçant).
    Bises à tous les deux, et vivement le Japon !

    • Romain   •  

      Tu auras remarqué que nous ne pouvons pas non plus répondre à tous les commentaires…
      Le Japon… si seulement ! Le stock d’article est épuisé et pour l’instant, nous n’avons pas prévu de nous poser suffisamment longtemps pour renouveler les stocks !

  5. sophie   •  

    Quel talent cette Emilie…………..;ahhhhhhhhhh. énorme soupir de soulagement…….! ;o)
    Bref spoke ou pas vous êtes trop fort!
    Donc zou on continue à vous suivre et comme c’est bientôt la fête des cloches, avancez!!!
    Love mum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *