D’un continent à l’autre

Un peu de géographie

Au sens littéral du terme, l’Europe et l’Asie constituent un seul continent : l’Eurasiatique. La séparation entre les deux n’est pas aussi limpide que pour les continents africains ou américains. Et selon le point de vue, les avis peuvent même un tantinet diverger. Les pays du Caucase, par exemple, sont-ils en Europe ou en Asie ? Facile : cette année 2016, le grand prix d’Europe de formule 1 se tiendra à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, qui se trouve donc en Europe. Oui, mais selon le Larousse, ce même pays se situe en Asie occidentale. Ah.

Bref, tout ça n’est pas d’une grande clarté et ça relève presque plus de géo-politique que de géographie. Mais fin juillet, nous approchions de la fin de notre épopée européenne et nous voulions savoir à quel moment nous allions changer de continent. Heureusement, sur la partie russe, une frontière naturelle sépare l’Europe de l’Asie : la chaîne de l’Oural. Nous aurons le temps la question sur la route du retour !

 
European-mountain-ranges
 

La traversée de l’Oural

Nous avions déjà esquivé l’ascension des alpes scandinaves (avec un point culminant à 1000m). Il n’était pas question de se défiler à nouveau à l’approche de la traversée de l’Oural. Mais la question s’est posée malgré tout lorsque nous avons appris qu’un comité d’accueil nous attendait de pied ferme à Ekaterinbourg pour le week-end suivant.

L’escale était prévue de longue date, mais nous ne savions pas que quelque chose se préparait pile ce week-end là. Le timing était plus que serré : pour arriver dans les temps, nous devions prendre le train entre Perm et Ekaterinbourg et laisser tomber cette traversée de l’Oural à vélo qui nous tenait vraiment à cœur. L’autre solution était de décliner l’invitation. Une décision difficile à prendre, mais les organisateurs du week-end ont été très convainquant et nous avons pris l’option train.

La photo de l’article a été prise sur la route menant à Krasnokamsk, chez Serghei. Il a finit de nous convaincre de prendre le train en nous disant que sur sa partie centrale située entre Perm et Ekaterinbourg, l’Oural ne mérite pas son titre de « chaîne montagneuse ». Le point culminant de notre traversée n’aurait été que de 450m… Finalement, nous n’avons peut-être pas raté grand-chose en accélérant la cadence dans cette région.

 
train
 

Comité d’accueil

De toute manière, étant donné ce qui nous attendait à l’arrivée côté asiatique, nous n’avons pas regretté notre choix !! Pendant les 6 jours que nous avons passé dans la région de Ekaterinbourg, Irina a été aux petits soins pour nous. Elle nous a emmené à Bogdanovitch, son village natale. C’était la fête annuelle, et nous avons même été interviewé par la télé locale ! Elle nous a présenté à ses amis. Jenia & Valeria nous ont accueilli dans leur base de loisirs où nous avons pu nous reposer quelques jours. Serghei nous a emmené en vadrouille dans les environs et même au-delà. Sacha nous a accompagné dans nos escapades… Nous avons terminé le séjour à Melnitsa chez Irina et son mari (un autre Sacha), où nous avons dîné en compagnie de leurs voisins. Une semaine où nous avons fait une multitude de rencontres, et goûter à toutes sortes de spécialités locales. Tous ont été incroyable de gentillesse et d’hospitalité, de quoi clore en apothéose notre périple européen et débuter en fanfare notre boucle asiatique !

 


 

Bilan Europe

Nous avions déjà fait deux arrêts au stand : un premier pour les 1000 bornes et l’autre pour les 300 jours, alors que nous étions déjà au Vietnam. Mais un changement de continent, ce n’est pas rien ! Il n’y en aura que deux dans le voyage. Même si ce n’est pas du tout dans l’ordre, nous ne pouvons pas nous empêcher de vous donner quelques stats de plus.

 

Quelques chiffres

8586km parcourus dont 5900km à vélo.

 
145 jours de voyage dont :
          86 étapes à vélo de plus de 20km
          49 journées de repos
          10 jours de « déplacements » (voiture, train, bus)
 
19 traversées en ferry
3 trajets en train.
4 virées en bus.

 


 

Pour être tout à fait honnêtes… Nous voulions surtout montrer ce petit camembert. A Ekaterinbourg, nous allions embarquer dans le plus long trajet en train de tout le voyage (quasiment 3400km). Autant dire qu’après ça, la part de pédalage va chuter sévèrement !

 

 

La journée type

La journée de vélo type n’a pas vraiment changée depuis les 1000 bornes. Entre le premier et le dernier coup de pédale, il se passe en moyenne 7 heures, dont 4h30 les fesses posées sur la selle. Le record de temps « roulé » est toujours détenu par l’étape de la chevauchée infernale, avec 7h30 sur la vélo.

Assez étrangement, nous roulons toujours à une vitesse moyenne d’environ 10km/h (pauses comprises). Notre moyenne roulante (sans les pauses) n’a pas non plus évoluée au fil du temps, puisqu’elle tourne autour de 15km/h comme au départ, et ce quel que soit la topographie. D’un autre côté, comme l’un d’entre vous l’a bien dit il y a quelques temps dans les commentaires, si ça monte, ça finit toujours par redescendre !

La distance parcourue par étape grimpe petit à petit, puisque nous roulons en moyenne 66 kilomètres. Mais comme notre vitesse moyenne n’a pas changée, c’est juste dû à un allongement des journées.

 
logo-av

 

Bilan mécanique

Au niveau mécanique, à part une petite crevaison le 45e jour, et un maillon de chaîne cassé le 59e jour, c’est le calme plat. Nous avons changé une partie de la transmission (cassette et chaîne) au 114e jour avant d’attaquer la Russie, ainsi qu’un câble de dérailleur arrière. Autant dire la routine.

Arrivés à Ekaterinbourg, nos dépenses sur les vélos se sont limitées aux pièces d’usure (70€) et à des produits et brosses d’entretien (25€). Même si plus les kilomètres s’enchaînent et plus le risque de casse augmente, nous avions peut-être prévu un poil large sur ce poste budgétaire… !

  1 Comment

  1. sophie   •  

    Bon, vous êtes maintenant des stars Aixoises….. le bel article de Julien a provoqué de multiples appels à la maison. « ahhhhhhhhh oui je me disais…….il s’agit bien d’eux »…….heu oui!
    Donc vive les articles sur l’Asie maintenant.
    Love mum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *