Dernière minute !

 
Nous sommes le 1er février. Il est 18h00. Nous vous écrivons en direct de Trani en Italie.
— Quoi, mais vous n’étiez pas censés être en Bosnie ?
— Attend, leur dernier article parle du Tadjikistan, comment tu sais qu’ils devaient être en Bosnie !?

 

Les « petites nouvelles »

Vous avez remarqué que les articles qui paraissent ne concernent que très rarement notre actualité brûlante. Si vraiment ça vous titille d’avoir de l’info vraiment récente, le mieux est de regarder notre avancement sur la carte. A chaque étape, nous ajoutons un mini message. C’est très court, mais mis bout à bout, ça donne quand même une petite idée de comment les choses se passent.

Un autre bon moyen d’être tenu au courant sans se fouler, c’est de s’inscrire à la « lettre d’information ». Il suffit d’indiquer votre adresse e-mail dans la case qui va bien (voir tout en bas du site), et hop. Lorsqu’un ou plusieurs articles paraissent dans la semaine, vous recevez un e-mail le lundi matin suivant. Nous profitons parfois de cet envoi pour vous donner quelques quelques infos en avant première. Sur notre choix d’itinéraire, notre état de santé ou simplement sur ce qui nous attend dans les jours à venir.

Pour mettre ces « petites nouvelles » à jour, il nous faut une connexion internet, ce qui est loin d’être le cas toutes les semaines. Mais surtout, il faut que nous pensions à le faire… Pour nous, la notion de « jours de la semaine » est toute relative puisqu’on peut pédaler n’importe quel jour sans distinction. Même le dimanche, il y a toujours moyen de trouver à manger. En Iran, le « week-end » ne tombe même pas le samedi/dimanche comme chez nous, mais le jeudi/vendredi. De quoi perdre le fil.

Parfois, c’est l’inverse. Entre le moment où nous mettons à jour le message et le lundi suivant, nous avons changé complètement nos plans. Les informations que vous recevez ne sont alors plus du tout d’actualité.

C’est exactement ce qui s’est passé lundi dernier. Pour comprendre la suite, si vous n’êtes pas inscrits à la « lettre d’info », allez jeter un œil sur celle qui a été envoyée cette semaine en cliquant sur le lien suivant :

 

Lundi 30 janvier 2017 – Du nouveau sur Karoutcho !

 
 

 

Changement (radical) de programme

Pour rentrer aux bercailles, nous avions décidé de rejoindre Split (Croatie), pour y prendre un bateau qui nous aurait fait traversé l’Adriatique, jusqu’à Ancône (Italie). Ça nous permettait de voir un bout du Monténégro, de l’Herzégovine et de la Croatie. Mais non.

Depuis une quinzaine de jours, nous avions ressentis quelques signes avant coureurs. Emilie comme moi avions des douleurs dans le dos. Rien qui ne nous empêche de poursuivre. Et comme nous étions tous les deux touchés, nous mettions ça sur le compte du froid et des côtes turques que nous avions grimpées début janvier. Malgré quelques jours de pause, ça n’a pas été en s’arrangeant. Et le matin du départ vers l’Albanie, Emilie s’est finalement réveillée avec le dos bloqué. Cette fois, impossible de se remettre en selle. Au lieu de ça, nous avons rendu visite à un médecin local. Il nous a confirmé que le froid est la principale cause de nos soucis et lui a prescrit des séances de kiné.

L’itinéraire que nous avions prévu était alléchant, mais il a fallu revoir notre copie. Heureusement, Nous avons toujours un plan B (voir un plan C) de prévu au cas où. Savoir s’adapter à toutes les situations, c’est une qualité indispensable à tout voyageur au long court. Cette fois, nous avons ressorti des cartons l’option la plus sage, qui est de prendre un bateau à Durrës (Albanie) en direction des Pouilles, au sud de l’Italie. Remonter la côte italienne vers Bologne, c’est beaucoup moins éprouvant physiquement que de traverser une partie des Balkans. Mais selon les infos que nous avons, c’est aussi beaucoup moins affriolant pour le cyclo-touriste. L’énorme avantage, c’est qu’en cas de nouveau pépin physique, nous pouvons facilement rejoindre Bologne par train, bus ou stop, avec quelques jours de repos à la clé si nécessaire.

 
 

 

Entre temps, quelques séances de kiné ont permis de remettre le dos d’Emilie d’aplombs. En arrivant en Albanie, nous avons réglé l’horloge de nos compteurs de vélo sur le même fuseau horaire que la France !! Ça faisait très longtemps que ça ne nous était pas arrivé !! Trois jours plus tard, nous étions à Durrës. C’est de là que partait le ferry qui nous a fait franchir la mer Adriatique. Ce matin, nous avons débarqué à Bari, capitale de la région des Pouilles, sur la côte italienne.

Comme vous pouvez le voir, le contenu du message envoyé automatiquement il y a deux jours n’est plus vraiment d’actualité… Au lieu d’être en Bosnie-Herzégovine comme prévu, nous vous écrivons depuis Trani, en Italie. Ça méritait bien un article pour vous mettre au jus des dernières actualités.

D’ailleurs puisqu’on y est : après 300 kilomètres de pédalage, le dos d’Emilie à l’air de tenir le coup. Celui de Romain en revanche… Bref, il ne reste pas pléthore de kilomètres à parcourir pour boucler la boucle, maintenant l’objectif principal va être de rentrer en un seul morceau !!

 
 

 

Les photos de cet article sont celles que nous avons utilisées pour illustrer les lettres d’information depuis le départ. Comme ça, même si vous ne vous êtes pas inscrit, vous pouvez quand même en profiter !

  3 Commentaires

  1. Sophie   •  

    Moi aussi j’ai un jeu tout neuf reçu hier…et toc…! ;o)

  2. Gaelle, Jérôme & Cie   •  

    Hello les amis,
    Bon, ok, c’est clair. On fait chauffer le four pour les sablés au chocolat, la bouilloire est prête pour le thé, avec la théière bien entendu, et on installe le plateau de jeu sur la table de la salle. Ce sera un Sbire bien entendu comme vous ne connaissez pas. Voilà, c’est bon, vous pouvez venir, c’est prêt !
    Bises
    Jérôme
    NB : on a aussi un matelas à disposition, une douche… etc. Mais il faut que je négocie avec Sophie pour que vous passiez une nuit ici avant d’aller la voir (ce qui semble le plus logique) !

    • Sophie   •  

      Oui vient négocier avec moi ……..mouah ah ah…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *