Cherepovets & Vologda… en bus !

Le bus russe

Prendre le bus en Russie, ce n’est pas plus compliqué qu’en Norvège ou en Suède. Il n’y a pas de règle précise, il suffit que le chauffeur soit d’accord. Nos hôtes nous ont aidé pour la négociation, ce qui a facilité les choses. Et même quand il n’y a plus de place en soute pour les vélos, il y a quand même moyen de s’arranger…

 


 

Après Elena à Tikhvine qui a été aux petits soins, nous avons été hébergés trois jours à Cherepovets par un jeune couple adorable. L’occasion de participer à une tranche de vie russe : ils nous ont emmené dans leur famille pour fêter les 80 ans de la Baboushka. J’étais tellement mal en point qu’il a fallu que j’aille m’allonger dès mon arrivée, mais Emilie a pu profiter d’une belle après-midi de marrade !

 


 

Constatant mes petits soucis de santé, la maman de Rita m’a proposé d’appeler son médecin, qui a accepté de me recevoir à 22h00 passé. Il m’a ausculté pendant une heure et demi, et a conclu à une infection de la vésicule biliaire couplé à la présence d’un parasite dans les intestins. C’est un homme intrigant, à la fois médecin, ostéopathe, homéopathe, et adepte de la magnéto-thérapie (médecine chinoise à base d’aimants). Il m’a prescrit toute une panoplie de granulés homéopathiques à prendre pendant une dizaine de jours. Nous n’avons pas pu tester l’efficacité de notre assurance voyage à cette occasion, puisqu’il a fait tout ça sans nous demander un seul rouble.

 

Même si nous n’avions pas vraiment le choix, ces petites virées en bus n’étaient pas une si mauvaise idée. Cette partie de la Russie n’est pas très palpitante à faire en vélo, et ça s’est confirmé lors de nos deux trajets en bus. Clairement, on n’a rien raté. Sur cette portion du voyage, nous nous souviendrons beaucoup plus de nos rencontres mémorables que de notre traversée des campagnes.

 

Point sur le cliché n°4

Petit Rappel :
 
Cliché n°4 : Des routes défoncées.

Les axes principaux devraient être dans un état relativement correct, mais trop dangereuses pour les cyclistes. A moins d’être complètement inconscients, il faudra les éviter. Quant aux routes secondaires, elles devraient toutes être dans un état pitoyable et en grande majorité non asphaltées. Les nids de poules seraient tellement nombreux que ça ressemblerait plus à un champ de mine. On nous a même dit que nous ne devrions pas pouvoir suivre l’itinéraire hors des sentiers battus que nous avons prévu dans l’ouest de la Russie, car ce n’est même pas certain qu’il existe des routes praticables. Bref, on ferait mieux de prendre le train.

Après seulement 10 jours passés en Russie, nous avions déjà un bon aperçu de l’état des routes. Et autant tuer le suspens dès maintenant, ça s’est confirmé tout du long. Le bilan, c’est que c’est tout ou rien. En roulant sur les grands axes, c’est du billard. Même s’il faut toujours avoir un œil sur le rétro pour voir les camions arriver, ça demande beaucoup moins de concentration pour éviter les nids de poules. Ça permet d’avancer beaucoup plus vite… mais c’est ennuyeux à mourir ! Le paysage est souvent monotone, ça revient à rouler pour rouler. En revanche, dès qu’on met une roue hors de la route principale, c’est plus intéressant, avec des petits villages et des champs fleuris. Mais… c’est du rodéo ! Il y a bien sûr des exceptions, mais sur la globalité de notre trajet russe, c’est ce que nous avons pu constater.

Le cliché est donc à moitié confirmé. Sur la vidéo, vous constaterez que ça secoue pas mal…
 

 
Pour l’autre moitié en revanche, pas d’accord !

On nous avait dit que les routes principales étaient très dangereuses pour les cyclistes. En fait, elles ne le sont pas tant que ça. En tout cas pas plus qu’ailleurs en Europe. D’ailleurs, la plupart du temps, il y a un bas côté assez confortable où se rabattre si besoin, ce qui n’est pas toujours le cas sur les routes des autres pays !
Et pour le dernier point : il y a bien sûr des routes entre toutes les principales villes ! Mais c’est vrai que quand on s’enfonce dans la cambrousse, ce n’est pas toujours complètement praticable…

  3 Commentaires

  1. Pingback: Karoutcho – La vodka, ça guérit tout

  2. Sophie   •  

    hé hé hé……….. charmant ce petit fichu sur ta tête Emilie………. mouah ah ah………..

  3. Gwen   •  

    Fans des Flight of the Conchords? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *