Caravane Palace

Sjöhultet – Halmstad

Nous avons repris la route accompagné de Allan, Jesper et son fils Christopher sur un dizaine de kilomètres. Ils nous souhaitent tout plein de bonnes choses pour la suite, et nous nous dirigeons vers la côte pour cette journée un peu un « test » : comment nos jambes vont-elles réagir après l’étape marathon de la veille ? Nous manquons sérieusement d’expérience sur le sujet, mais le fait de ne pas avoir d’hébergement dans les prochains jours présente l’avantage de nous laisser terminer les étapes quand on veut, selon la forme du jour, le sens du vent et l’envie du moment.

Rien à signaler sur la route menant à Halmstad. Physiquement, forcément on sent que ça tire un peu. Mais ce n’est qu’au bout de 60km que nous avons commencé à chercher un endroit propice où demander l’hospitalité. Lors de notre « Ouest-Tour » en septembre, nous demandions aux gens du coin de nous prêter une douche et un bout de jardin. Sur une dizaine de nuits, nous avons eu seulement 3 refus. Une fois, à la dernière étape, on nous a proposé une chambre. Cette fois, les conditions ne sont pas les mêmes. La nuit, la température peut descendre dans le négatif, le temps est plutôt instable, et nous sommes crevés. Nous demandons carrément un hébergement au chaud.

DSCF2796_web

Toc, Toc, Toc

Après 60km, nous en avons encore un peu sous la pédale quand nous arrivons devant une maison plutôt isolée. Pour notre première demande d’hébergement improvisé depuis le début du voyage, l’homme qui vient ouvrir nous accueille plutôt froidement. Il refuse de nous héberger à l’intérieur, mais nous propose de planter la tente sur le terrain d’à côté. On le remercie, mais on reprend la route. Au bout de 75km, après avoir dépassé Halmstad, nous arrivons dans un quartier résidentiel avec de belles maisons, des voitures toutes neuves et de jolis jardins tout propres. Qui ne tente rien n’a pas grand chose : cette fois, il faut trouver où dormir. On toque à la porte. Un refus, deux refus, trois refus. Les gens sont plutôt surpris par notre demande, et la réponse est à chaque fois catégorique. D’un autre côté, on est dans une rue qui pourrait servir de décor dans une série télé américaine. Pas sûr que le terrain soit propice à l’accueil de baroudeurs en vélos. Et vous, si quelqu’un frappait à votre porte à l’improviste, et demandait dans une langue étrangère s’il y avait moyen de squatter dans le salon, vous diriez quoi ? Clairement, ce n’est pas simple. Peut-être que notre façon de demander n’est pas adaptée, peut-être que ça ne se fait pas, ou c’est peut-être simplement le mauvais quartier ?

Le soleil commence à toucher la cime des arbres… Il est vraiment temps de trouver un endroit où dormir. Soit on trouve un endroit au chaud dans la prochaine demi-heure, soit on devra se décider à planter la tente. On s’écarte de Wisteria lane pour aller dans un endroit un peu plus sauvage. Un gars bricole dans son garage : Emilie lui demande s’il a une place au chaud pour la nuit. Nouveau refus, mais cette fois il nous indique une sorte de terrain à 1km, où nous pourrons planter la tente, avec des toilettes ! C’est parti.

Et puis sur la route, on croise une maison avec une grande caravane dans le jardin. Peut-être des voyageurs un peu ouverts sur l’aventure ? Sixième demande de la journée, on réduit les ambitions : ce sera juste pour planter la tente dans un premier temps, avec peut-être une douche ? L’homme qui nous ouvre écoute notre demande atypique, et nous dit qu’il va demander à sa femme. Il revient : va pour le jardin. On lui demande si on peut utiliser son micro-onde pour réchauffer des pâtes (on s’était préparé une plâtrée à Copenhague, mais comme hier c’était festin…). Pas de problème. Excellent, on va pouvoir manger chaud ! Il nous laisse nous installer tranquillement. Il revient nous voir alors que la température était descendue en flèche, pour nous proposer de de prendre une douche, et de manger au chaud dans la caravane : il y a un micro-onde si on veut faire chauffer nos pâtes, un évier avec de l’eau chaude pour la vaisselle… Au final, il nous proposé d’y passer la nuit, parce qu’on y sera mieux que dans une tente. Le grand luxe !

DSCF2804_web
Finalement, ils nous ont invité à boire un verre chez eux pour en savoir plus sur notre aventure. Ils nous ont même proposé un thermos de café pour le lendemain matin, en nous disant qu’ils partaient tôt au travail, mais que nous pouvions prendre tout notre temps !

  4 Commentaires

  1. Albane et Michaël   •  

    Hello tous les deux!
    Finalement ça se décoince un peu! Cela se pratique moins facilement dans les pays nordiques d’inviter comme ça, il y a toujours un peu de réticence, d’après des échos d’amis! D’ailleurs ces amis là, nous leur avons donner votre blog et ils l’ont beaucoup apprécié!
    On veut vous voir plus en photo!
    Pour les nouvelles, nous avons signé un compromis de vente pour un appart dans notre résidence, on fera la crémaillère à votre retour! Profitez à fond! Toujours un plaisir de vous lire!
    Gros Bisous

    • Milie   •  

      Tout mes félicit’ !!!
      Mazeltov!!
      On va pouvoir découvrir votre nouveau nid douillet à notre retour, ça c’est cool.
      Merci pour les petits mots, ça fait plaisir.
      Je suis sure qu’en Russie je vais pouvoir vous dégoter des idées décos aux petits oignons …en scandinavie c’est trop facile et déjà vue ?
      Des bisous

  2. Monika et Hilmar   •  

    Salut, les deux,

    Nous suivons votre tour à vélo avec beaucoup de respect et d`admiration!
    Noussommes contents que tout se passe bien et nous espérons pour vous que vous trouverez partout des gens prets à vous héberger!
    Bon courage!

    Hilmar et Monika

  3. Sophie   •  

    Trop trop forts tous les deux!
    Bravo pour votre courage et votre persévérance!
    Take care and love you.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *