Brussels en 2 actes

Visiter tout Brussels en moins d’une journée est impossible. Nous avons donc ciblé un quartier, et quitte à n’en faire qu’un seul, autant partir sur le plus garni : la Grand Place et ses alentours. C’est parti pour un petit bol de gastronomie locale et d’architecture.

Acte 1 : La grande cuisine

Nous commencerons par les classiques, ceux qui vous font rêver, et qui, à leur seule prononciation, chante la Belgique et vous mets l’eau à la bouche.

fricadelle-frite2.2

Une fricadelle-frite arrosé d’une bonne bière locale, en terminant par une gaufre nature : ça c’est la base.

En snack local, on nous a aussi conseillé les tartines de la brasserie « A la Mort Subite », du nom de la gueuze (bière en patois local) de renom. Pour la petite histoire, cet établissement mythique existe depuis 1910 et tire son nom d’un jeu de dés, le « Pitjesbak ». A l’époque, les employés de la National Bank située juste à côté y jouaient après le travail, ou à la pause de midi. Le temps pressant, ils  passaient à la version rapide, ou « mort subite », pour être de retour au bureau à l’heure. En 1928, le maître de lieux, Théophile Vossen, déménagea et rebaptisa son établissement et sa bière en « Mort Subite ». A ce jour, la brasserie est tenue par la quatrième génération de Vossen, et sont toujours les seuls à distiller ce fameux breuvage.

Ces grandes dégustations au centre de la jungle brusselloise mises à part, nous avons découvert une large palette de spécialités locales goûtues préparées par Karin, notre hôte pour ces deux jours en capitale belge. C’est maintenant que j’émoustille vos papilles :
– Les boulets sauce lapin (grosses boulettes de viandes mijoté à la bière et au sirop de liège)
– Les croquettes de crevettes grises
– L’américain préparé (sorte de tartare de bœuf haché menu à tartiner)
– La cramique au sucre ou au raisin (une brioche à faire pâlir un vendéen !)
– Le fromage de Herve (pâte molle à croûte lavée qui envoie du lourd au nez et en bouche)
– La tarte au sucre (c’est bon quand ça croque…)
– Le sirop de liège (c’est comme de la mélasse à base de pommes, poires, dattes, abricots et pruneaux)

Nous n’avons pas eu l’occasion de goûter au chocolat ou au spéculoos, mais il faut bien en garder pour la prochaine fois !

Acte 2: La découverte de la ville

 L’entrée en matière avec Corto Maltese

 Promenade dans le square du « Petit sablon »

Square petit sablon

Au centre de ce square, les Comtes d’Egmont et de Hornes marchant vers l’échafaud trônent au dessus d’une fontaine. Ce monument est entouré par dix belles statues qui immortalisent autant d’éminentes personnalités qui s’illustrèrent au fil du XVIe siècle.

Le square est délimité par une clôture de fer forgé, dessinée par Hankar et Jaspar, elle-même surplombée de 48 statuettes en bronze, représentant chacune une corporation de l’époque.

Lors de sa création, le square du petit Sablon était un cimetière. C’est en 1880 que Charles Buls, alors bourgmestre de la ville, voulu embellir le quartier et faire de cet endroit un jardin. Il confia cette tâche à l’architecte Henry Beyaert.

La Grand Place

Elle est bordée par des édifices dont les premières mentions datent du XIIème : Maisons des Corporations, Hôtel de ville et la Maison du Roi…

Grand place

Et un petit tour en image



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *